posté le samedi 21 avril 2012 à 17:30

J'ai pleuré pour une femme ....

J’ai pleuré pour une Femme !

 

Pour une femme j’ai pleuré, pour une femme que j’aimais,

Et mon cœur saigne chaque jour, je ne vais jamais l’oublier.

J’avais pour elle, un amour, qui grandissait de jour en jour,

Qui était pur, qui était beau, qui devait durer pour  toujours.

Sa main dans mes cheveux ou quelques bises sur mon front

Elle n’avait pas à faire mieux pour que mon cœur tourne rond.

Je la trouvais si belle, si douce et si gentille, honnête et idéale.

Elle avait dans le cœur les rayons du bonheur de la femme fatale.

Je pleurerai toujours, de l’avoir vue partir, me laissant sur le quai

D’une vie impossible à vivre, sans elle, tant elle va me manquer.

Pas de place en mon cœur, son nom y est gravé...   en exclusivité,

En lettres de sang et d’or  que même le temps ne pourra effacer.

J’en ai connu des femmes, j’en ai aimé, des brunes des blondes,

Des petites, des grandes, des minces des fortes, de par le Monde.

Mon cœur a souvent chaviré, mon corps en a beaucoup profité,

Mon âme s’est un peu perturbée, mais j’ai toujours laissé tomber.

Notre amour était sans nuage, nous le vivions sans aucun partage,

Rien ne pouvait nous séparer, ensemble nous faisions bon ménage,

Mais la mort l’a frappée, vaincue par la maladie, pour ses 71 ans.

Depuis je pleure pour la plus belle des femmes...   ma MAMAN !

Quand tu aimes dis le bien, répète- le comme un refrain, sans cesse,

ça te fera du bien, tu auras le cœur serein, et l’âme sans faiblesse.

Elle saura ce que tu penses, elle saura combien tu l’aimes encore,

Dis-le...   Dis-le-lui...    Toujours...  Encore... Et encore... Plus Fort !

 

Gilbert Dumas

le 21 avril 2012

Merci Gilbert pour ce texte magnifique

 
 


Commentaires

 

1. oceandetendrese  le 21-04-2012 à 20:10:48  (site)

très joli poème qui m'a amené les larmes aux yeux ; j'ai toujours ma maman mais hélas elle est atteinte de la maladie d'alzheimer et je souffre tant de la voir ainsi mais j'ai encore la joie de pouvoir la serrer dans mes bras et de lui dire que "je l'aime" même si elle ne me reconnait plus ;
bonne soirée à toi et merci pour ce joli texte bisous

2. 472481  le 22-04-2012 à 21:01:53  (site)

Bonsoir ma grande,
un petit coucou avant d'aller au lit, bien que comme toi mes nuits sont plutôt blanche du au mal au dos, je commence à ne plus pouvoir soulever les cartons.
J'ai bien avancé mais suis complètement hs.
Je reviendrais dans la semaine voir tes billets je vais me calmer un peu sur les cartons !!
Je te souhaite une douce et agréable soirée.
Gros bisous tendresse de ta petite soeur de coeur, que tNine'aime fort.

 
 
 
posté le samedi 21 avril 2012 à 17:07

un nouveau texte de mon ami Gilbert merci à lui !

Peux- tu croire en l’Amour ?

 

Quand tu coupes en deux une pomme, tu trouves des pépins dans le cœur.

Si tu as des pépins en Amour alors c’est que tu as des problèmes de cœur.

N’essaie pas de comprendre ou  chercher la raison du « pourquoi ? »

Ça vient certainement un peu de moi, mais aussi peut-être, un peu de toi. 

La fin d’une aventure, aussi belle qu’elle soit, de tendresse, d’Amour, de joie,

Provoque une blessure énorme, qui saigne chaque fois, et qui jamais se voit.

Tu as ton âme en peine, ton cœur meurtri, ton corps qui réclame et gémi,

Et personne jamais ne saura deviner l’ampleur de la détresse que tu as subie.

  

Peux-tu croire en l’Amour quand tu n’es pas compris ? Car il faut être deux,

Pour que l’Amour s’éclaire, sans déclencher la foudre qui en éteint le feu.

Car la passion te prend, divine jouissance, de deux corps qui se cherchent,

Par une nuit d’Amour, de câlins, de tendresse, ou les valeurs s’inversent,

 

Chacun se sent certain de garder l’autre à vie, dans une confusion sans fin,

Oubliant les efforts qui resteront à faire, ensemble, tout le long du chemin.

Car c’est cela la vie, difficile et ingrate, qui peut être une amie ou une scélérate,

Procurant le bonheur, la joie et le sourire, avant que le malheur n’éclate.

Peux-tu croire en l’Amour quand il t’échappe alors que tu l’avais trouvé ?

Comme un animal sauvage, que tu as recueilli sans pouvoir l’apprivoiser.

Oui, j’aurais du être comme ce vieil olivier,  avec les branches bien taillées,

Et tu aurais pu, Belle Hirondelle, me frôler, sans que tes ailes soient froissées.

 

Alors comme elle, tu es partie vers d’autres cieux, vers d’autres lieux aussi,

A tire d’ailes par-dessus mers et océans, chercher un cœur et faire ton nid.

Que Dieu bénisse ton voyage, t’entoure d’Anges, de nuages blancs et purs,

Mon cœur qui saigne t’accompagne, te souhaitant la plus belle des aventures.

Puis-je croire en l’Amour… En reste-t-il encore un peu ?  Où l’ai-je tout détruit ?

Je ne sais pas répondre, alors je vais l’attendre, de jour comme de nuit.

Je suis certain par contre, qu’à mon âge bien avancé, il arrivera peut-être,

Que l’Amour ou la Mort pointent bientôt leur nez au bord de mes fenêtres.

Alors je crois que, si j’en ai le temps, j’attendrais fidèlement, tous les printemps,

Le retour d’une hirondelle, qui viendra me frôler, comme au bon  vieux temps.

De mes vieilles mains tremblantes, sans lui froisser les ailes, j’essaierai de la caresser,

Furtivement, tout en la baptisant discrètement de quelques larmes, sans l’arrêter.

Alors je pourrai croire en l’Amour, je l’aurai vu passer, dans le ciel ou mon âme,

Va bientôt s’envoler, sans regret, sans remord, en quittant cette terre infâme.

J’ai eu des jours heureux, quelques amis, beaucoup de femmes, et en réalité,

Tu es la seule, c’est sûr, que j’ai vraiment aimée et que je n’ai jamais trompée.

Texte de : Gilbert DUMAS.

Le 21 avril  2012

Merci a vous Gilbert pour ce magnifique poème

 


 
 
posté le lundi 16 avril 2012 à 15:35

l'abandon !!! acte ignoble encore d'actualité de nos jours

 

Oui, c'est minable, d'en arriver à exterminer, c'est tellement plus facile, que de se responsabiliser, que d'assumer ses animaux !!!!!


Adopter un chien ce n'est pas un délire de quelques minutes, c'est un engagement pour une quinzaine d'années !!!


Un animal est comme un enfant, il faut s'en occuper et prendre des décisions pour eux, ça demande une implication de soi !!


On stérilise ses animaux pour éviter de se retrouver face à de telles lamentables situations d'euthanasie !!!


On ne se laisse pas attendrir par une portée (tellement beaux les bébés !!!!), si on n'est pas en mesure de garder, élever, nourrir, entretenir, et stériliser !!!!


Quand on adopte un animal, on réfléchit aux avantages ET aux inconvénients!


Quand on veut partir en vacances, ou qu'on déménage, on s'organise, mais on ne jette pas son chien sur une aire d'autoroute, on ne l'attache pas lâchement à un arbre dans une forêt, on ne le frappe pas, parce qu'on est énervé, rappelez vous!!

 

 

 Il ne vous a rien demandé, c'est vous et rien que vous, les responsables de ses situations !!!


Votre animal est là parce que vous l'avez choisi!!!

 Il n'a pas à supporter vos sautes d'humeur!!!

 Il n'est pas le défouloir de vos problèmes, de fric, d'alcool, de drogues, de couple, de la naissance de votre enfant, du manque de place, ou de votre dépression et de votre stress !!!


Il n'est pas arrivé chez vous par hasard! Il ne s'est pas installé chez vous de lui même!!!!!


Alors comportez-vous en HOMME avec les conséquences, qui vont avec:  

-          adopter un animal demande du temps, de l'amour, de la tolérance, de la patience;

-          on ne se débarrasse pas de son chien parce qu'il est vieux,( alors qu'il a partagé plus de la moitié de sa vie avec vous) pour reprendre un chiot!!!

C'est un acte ignoble, vraiment pas digne d'un humain, vous aussi quand vous aurez son âge on vous mettra à la rue, ou dans un hospice pour vieux, à ce moment-là vous repenserez à votre acte de lâcheté !


Quand l’HOMME va-t-il prendre conscience que son animal est un être vivant, avec des émotions , des sentiments, de l'amour, des craintes , mais qu'il vous aime ?

Mon opinion personnelle qui bien sur n'engage que moi !!! 

 

On parle beaucoup de l'abandon des chiens !

Mais il existe aussi l'abandon des chats qui est pour moi une chose encore plus cruelle !

Un chat peut se nourrir seul dans la nature, oui en effet, un chat ne se laissera pas mourir de faim s'il a la possibilité de chasser, mais sachez qu’il se laissera mourir de chagrin et cela est une véritable honte pour l'humain qui aura "oublier" son chat dans les cartons lors d'un déménagement, ou tout simplement ne lui ouvrera plus sa porte !

 

Un animal ce n'est pas un jouet !

Vous voulez un animal, c'est une bonne résolution surtout si vous l'adopter via les structures spécialisées dans le recueil d'animaux abandonnés !

Mais attention, vous vous engagez pour un minimum de 15 ans !

Auriez vous le courage d'abandonner votre enfant comme cela est fait avec les animaux tout simplement parce que vous voulez partir en vacances, ou que vous déménagez, et maintenant encore pire comme excuse, parce que vous divorcez ??

Votre animal ne vous a rien demandé, il ne vous a pas obligé à le prendre,

si c'est pour ensuite le laisser comme un vulgaire bout de papier, je pense qu'il aurait mieux valu pour lui de rester dans un refuge, il aurait peut être eu la chance de trouver une famille qui l'aurait aimé, choyé et gardé toute sa vie jusqu'au dernier de son souffle?

 

Alors avant d’aller prendre un magnifique petit chiot, un chaton, pensez bien aux conséquences et répercutions que cela aura dans votre vie de tous les jours et ce,

pendant un très très long moment....

petit coup de gueule de Lisbeth avec les beaux jours qui arrivent , les vacances....le 16 avril 2012

 


Commentaires

 

1. Laïka Dunkel  le 16-04-2012 à 16:25:29  (site)

Hello Sourire

Je te suis à fond dans ton coup de gueule.

Tu exprimes dans ton article tout ce que je pense face aux comportements que peuvent avoir certaines personnes face à leurs animaux. J'ai d'ailleurs vu des choses qui me rendent encore malade actuellement.

Oui, un animal n'est pas un objet!

Bonne journée

Laïka

édité le 16-04-2012 à 16:25:52

2. lisbeth16  le 16-04-2012 à 16:28:24

merci Laika pour ton petit commentaire
oui un animal n'est pas un objet et rien ne me fait plus mal que de voir tous ces abandons surtout en périodes estivales et comme les vacances sont là, j'ai pensé qu'une mise au point serait nécessaire c'est mon coup de gueule de la semaine peut être a venir on ne sait jamais
bisous et bonne semaine

3. apartee  le 17-04-2012 à 21:51:22  (site)

C'est sur d'ailleurs tous mes animaux je les ai recueillis moi non plus je ne comprend pas les irresponsables

 
 
 
posté le dimanche 15 avril 2012 à 15:40

Printemps de Victor Hugo.

Printemps

Tout est lumière, tout est joie.

L’araignée au pied diligent

Attache aux tulipes de soie

Les rondes dentelles d'argent.

 

La frissonnante libellule

Mire les globes de ses yeux

Dans l'étang splendide où pullule

Tout un monde mystérieux.

 

 

La rose semble, rajeunie,

S'accoupler au bouton vermeil

L'oiseau chante plein d'harmonie

Dans les rameaux pleins de soleil.

 

 

Sous les bois, où tout bruit s'émousse,

Le faon craintif joue en rêvant :

Dans les verts écrins de la mousse,

Luit le scarabée, or vivant.

 

La lune au jour est tiède et pâle

Comme un joyeux convalescent;

Tendre, elle ouvre ses yeux d'opale

D'où la douceur du ciel descend !

Tout vit et se pose avec grâce,

Le rayon sur le seuil ouvert,

L'ombre qui fuit sur l'eau qui passe,

Le ciel bleu sur le coteau vert !

La plaine brille, heureuse et pure;

Le bois jase ; l'herbe fleurit.

- Homme ! ne crains rien ! la nature

Sait le grand secret, et sourit.

 

Victor Hugo

 


 
 
posté le dimanche 15 avril 2012 à 13:46

un nouveau poème de mon ami Gilbert merci à lui !

 

CHAT, TU ES MON AMI…

 

 

Chat, tu es mon ami, mon confident muet,

Tu es la poésie, tu es l’art d’être aimé.

Tu as l’œil perçant au fond duquel scintille,

Le désir envoûtant d’une étoile qui brille.

 

Cet œil est une Agathe version multicolore,

Il demande l’Amour, l’attend ou bien l’implore,

Tout ton corps se prépare, offert à la caresse,

Aussi tendu de joie qu’une jeune maîtresse.

 

A peine que ma main ne vienne t’effleurer,

Que tu danses déjà, ne sachant où passer.

Tout ton être me frôle, électrique, impatient,

Recherchant le plaisir traduit en ronronnant.

 

Il suffit que je  te touche et le miracle opère

Tu deviens un enfant, dans les bras du père.

Je te prends contre moi, monte sur mon épaule,

Ta douceur me convient, c’est parti, je te cajole.

 

Tes griffes sont rentrées, tes pattes sont douces,

Tu rebondis sur moi, comme balle de mousse.

J’arrêterais le temps, sublime instant de paix,

Pour te garder, contre mon cœur, toute l’éternité.

 

Le 26 mars 2012

Texte de Gilbert DUMAS

Merci a vous Gilbert pour ce magnifique poème

 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Hebergement d'image gratuit
Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article