posté le vendredi 03 juillet 2015 à 19:03

12 conseils pour bien manger sans se restreindre : conseil 1

  Comment bien manger sans se restreindre ?

 

Impatient, impatiente  de changer de silhouette, de repenser vos habitudes alimentaires, de mieux faire,

la tentation de suivre des régimes drastiques et radicaux est grande, et souvent bien  inutile, 

 Il est pourtant possible d'affiner sa silhouette et d'améliorer sa santé, sans se frustrer !

 

Vous allez me demander comment faire !!!!

 

C’est simple si vous arrivez à suivre les 12 conseils que je  partage avec vous...

 

Il y aurait un post pour chaque conseil et je vous donne le premier en suivant ...

 

Conseil n°1 :

Equilibrez votre assiette

 

 

La Harvard Medical School recommande de remplir la moitié de son assiette par des fruits et légumes variés.

Un quart de votre assiette doit être composé de sucres lents riches en fibres tels que le pain, les pâtes ou le riz complet.

Le quart restant doit apporter des protéines animales et végétales en évitant toutefois un excès de viandes rouges. Il est important de bien vous hydrater en évitant néanmoins les boissons sucrées.

Pour cuisiner, les huiles telles que l’huile d’olive ou de colza (canola) sont préférables au beurre.

 

 coin astuce

 

 imaginez votre assiette comme un cercle découpé en parts

et essayez de vous rapprocher du visuel proposé.

 

 


 
 
posté le samedi 20 juin 2015 à 19:01

Bonne féte des papa !!!!

hebergement d’image
 

Pour tous les papa du monde

et en partuculier

pour mon papa qui nous a quitté bien trop tot

mais qui est toujours dans mon coeur

 

Je t'aime Papa

 

 

Pour voir les créations en grandeur réelle, cliquer dessus.

Ces créations sont signées sous mon nom de créateur

– Sélénia -

Merci de bien vouloir respecter mon travail

 


Je vous souhaite une très bonne soirée

Votre amie Lisbeth
 
 


Commentaires

 

1. flipperine  le 20-06-2015 à 23:43:42  (site)

le mien aussi est parti trop tôt

2. flipperine  le 20-06-2015 à 23:43:42  (site)

le mien aussi est parti trop tôt

3. anouchka1945  le 27-06-2015 à 19:38:23  (site)

bonsoir ma douce comment vas tu ? , as tu passé un bon samedi ? moi ce matin petites courses et cet aprés midi pas de sortie , ici soleil ,petits nuages et vent , bonne soirée et bon dimanche ..amitié ...bisous ..Anna

 
 
 
posté le lundi 15 juin 2015 à 19:14

pour un moment de partage la tendresse

Un moment de tendresse

 

 

 

Un moment de tendresse à partager, cela fait du bien !!!

Bonne soirée à tous

Votre amie Lisbeth

 

 

 


Commentaires

 

1. anaflore  le 15-06-2015 à 22:09:07  (site)

un peu de douceur dans un monde cruel

2. flipperine  le 15-06-2015 à 23:19:21  (site)

la tendresse doit se partager

 
 
 
posté le dimanche 31 mai 2015 à 18:54

Cancer de la thyroïde : les dangers du dépistage

Cancer de la thyroïde : les dangers du dépistage

Le dépistage du cancer de la thyroïde est devenu dangereux.

Les techniques d'imagerie actuelles sont trop puissantes.

 

 

 

Elles conduisent, de façon artificielle, à « un tsunami de cancers de la thyroïde », ainsi que le formule un chercheur interrogé par le New York Times.

Le nombre de cancers de la thyroïde a triplé aux Etats-Unis depuis quarante ans. Il a été multiplié par 2,4 en Suisse depuis 1975. En France, il progresse de 2 à 6 % par an, selon Martin Schlumberger, chef de service de médecine nucléaire de l'Institut de cancérologie Gustave Roussy à Villejuif.

Ce ne sont pas des personnes qui vont mourir du cancer de la thyroïde. Les chiffres de décès ne bougent pas : ils restent stables et faibles.

Ce sont des personnes qui se sont fait diagnostiquer un cancer. Elles se croient cancéreuses. Elles sont inquiètes, elles pensent qu'elles vont mourir, elles se font opérer, elles subissent toutes sortes de séquelles.

« Un tsunami de cancers de la thyroïde »

Déjà il y a deux ans, le 27 août 2013, le British Medical Journal, une très prestigieuse revue scientifique, avait tiré la sonnette d'alarme .

Il expliquait que l'introduction des nouvelles techniques d'imagerie médicale dans les années 80 avait conduit à une multiplication des « surdiagnostics » de cancers de la thyroïde.

Les nouveaux examens de la thyroïde (à l'ultrason) sont si perfectionnés qu'ils détectent de minuscules tumeurs, qui passaient inaperçues autrefois.

Le résultat a été une apparente épidémie de cancers de la thyroïde. Elle débouche sur une très forte augmentation des interventions médicales et chirurgicales, avec toute l'angoisse, les coûts et les séquelles que cela entraîne.

Car un nombre incroyable de gens ont une tumeur de la thyroïde : « Si l'on soumettait toute la population à un examen de la thyroïde par ultrasons, par exemple, on trouverait vraisemblablement un nodule chez 50 % des gens – nodule qui, dans plus de 80 % des cas, s'avère être une tumeur bénigne », selon Nicolas Rodondi, médecin-chef de la Policlinique médicale de l'Ile à Berne (Suisse) .

Il vaudrait bien mieux ne rien faire !

Quand la tumeur est détectée, la tentation est grande d'intervenir. Car le patient est inquiet. Et le médecin craint que son patient ne se retourne contre lui s'il ne fait rien et que la tumeur prolifère anormalement.

 

« Si le résultat n’est pas vraiment rassurant, ce qui arrive souvent, on est tenté de traiter ou d’opérer bien que le risque de voir la tumeur évoluer vers un cancer soit finalement très faible », explique Idris Guessous, médecin à l’Unité d’épidémiologie populationnelle des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) .

Et en effet, dans la très grande majorité des cas, il vaut bien mieux ne rien faire.

Lorsqu'on pratique des autopsies, on s'aperçoit qu'au moins un tiers des gens ont de petits cancers de la thyroïde qui n'ont pas été détectés de leur vivant [6]. Pour d’autres la tumeur peut même régresser naturellement !

La médecine institutionnelle est d'accord !

Contrairement à ce qui se passe parfois avec ce type d'études allant contre la pensée médicale dominante, les faits sont désormais si clairs qu'ils sont admis par la plupart des instances officielles.

Par exemple, vous pouvez lire ceci sur le site de la très officielle Fondation Contre le Cancer :

« L’incidence des cancers de la thyroïde a fortement augmenté au cours de ces dix dernières années. On a d’abord pensé qu’il s’agissait d’une conséquence des catastrophes de Tchernobyl et Fukushima. Mais on sait aujourd’hui que si le diagnostic de ces cancers est devenu plus fréquent, c’est surtout grâce aux progrès réalisés en imagerie médicale.

Ces techniques récentes permettent de dépister de petites tumeurs, qui n’étaient pas détectables autrefois. Or, beaucoup de ces petites tumeurs évoluent très lentement, voire pas du tout. Même sans être traitées, elles n’auraient pas provoqué de symptômes ou problèmes.»

Et la chose vient d'être confirmée une nouvelle fois.

Une nouvelle étude le confirme

Une nouvelle étude très intéressante vient de paraître dans le New England Journal of Medicine sur le cancer de la thyroïde.

Elle indique que le nombre de cancers de la thyroïde a été multiplié par 15 en Corée du Sud depuis que le dépistage généralisé a été introduit, en 1993.

Pourtant, la mortalité par cancer de la thyroïde, elle, est restée stable.

Les experts du cancer s'accordent à dire que la raison de cette augmentation n'est pas une vraie augmentation du nombre de cas de cancers de la thyroïde.

 

Le problème vient du dépistage qui a été généralisé en Corée. Cela a conduit à trouver chez un grand nombre de gens des petites tumeurs inoffensives. Il aurait mieux valu ne jamais les trouver, et les laisser tranquilles. Mais une fois détectées, ni le médecin ni le patient ne veulent prendre le risque de les laisser. On les opère agressivement.

Le résultat est qu'un très grand nombre de personnes souffrent des complications causées par des traitements inutiles

Le traitement du cancer de la thyroïde est très coûteux, et il implique de retirer la thyroïde, qui est une glande vitale pour la régulation des hormones.

Les patients doivent prendre des hormones thyroïdiennes pour le restant de leur vie. Pour beaucoup, le traitement est efficace, mais l’équilibre hormonal est si fragile qu’un sentiment de mieux-être ne s’installera pas avant des années de modifications dans les dosages du traitement, jusqu’à trouver le bon. En attendant, les variations de poids, la dépression, la fatigue, la chute des cheveux ou l’ostéoporose se manifesteront.

Il arrive aussi que le chirurgien abîme les cordes vocales au passage. Cela s'est produit chez 2 % des Coréens qui ont été opérés, débouchant sur une paralysie des cordes vocales. Ils endommagent aussi parfois les glandes parathyroïdes qui sont juste à côté et qui contrôlent le niveau de calcium dans l'organisme.

Lorsque les glandes parathyroïdes sont abîmées, ce qui est arrivé chez 11 % des patients traités en Corée du Sud, le patient souffre d'hypoparathyroïdisme, une maladie difficile à traiter.

Interdire le dépistage du cancer de la thyroïde

Des médecins coréens appellent donc aujourd'hui à interdire le dépistage du cancer de la thyroïde, à la suite du Dr Hyeong Sik Ahn du Collège de Médecine de l'Université de Séoul, qui est le principal auteur de cette nouvelle étude.

Mais leur appel a été ignoré jusqu'à présent par les autorités.

Aux Etats-Unis, les experts de la thyroïde appellent également à limiter le dépistage du cancer de la thyroïde et le traitement des petites tumeurs.

Bien entendu, si quelqu'un remarque une boule dans sa thyroïde, il est important de l'examiner.

Mais les experts estiment aujourd'hui que, si tout paraît normal, il est absurde d'aller essayer de rechercher un problème et de créer potentiellement des complications inutiles.

Une nouveauté médicale : les « Vomit »

Ce problème des surdiagnostics, je vous en avais déjà parlé au sujet du cancer de la prostate et du cancer du sein.

 

Les techniques d'imagerie médicale ont fait tant de progrès que, si vous vous faites dépister, il y a un risque important qu'on vous trouve, quelque part, une tumeur.

Mais comme il est impossible de savoir comment cette tumeur va évoluer, ces diagnostics aboutissent à un grand nombre d'opérations qui n'auraient jamais eu lieu autrement.

Et les experts estiment aujourd'hui que la somme des accidents, complications, effets indésirables et désagréments des surdiagnostics n'est pas compensée par une réduction du nombre de décès par cancer.

Au point qu'aux Etats-Unis un nouvel acronyme a été inventé : Vomit, pour « victim of modern imaging technology » (victime de la technologie d'imagerie moderne).

Ce sont toutes les personnes qui ont été opérées inutilement. Si elles n'avaient pas fait de dépistage, elles ne se seraient jamais aperçues de rien, leur tumeur n'aurait jamais évolué, leur vie n'aurait jamais été ni gênée ni menacée.

Pression sur les médecins pour multiplier des examens

Certains accusent les médecins de vouloir se « faire du fric » en multipliant les examens et les opérations.

Mais je suis convaincu, pour ma part, que ce n'est pas la cause principale de cette évolution.

Il faut penser au médecin français Pierre Goubeau qui a été attaqué en justice par l'un de ses patients à qui il n'avait pas prescrit de test de dépistage sanguin du cancer de la prostate – cancer que le patient a développé par la suite.

Aux Etats-Unis, les médecins sont constamment menacés de poursuites judiciaires pour les mêmes raisons. À partir du moment où un médecin sait qu'un examen ou un traitement existe, il prend un risque à recommander à son patient de ne pas le faire. Car si les choses tournent mal, c'est à lui que cela sera reproché.

Au contraire, le médecin sage et prudent qui juge qu'il vaut mieux laisser son patient tranquille, lui éviter des examens ou une opération inutiles, est aujourd'hui menacé.

Selon le Dr Emanuel Christ, président de la société suisse d'endocrinologie, « On prescrit et on fait trop d'examens. » Et pourquoi ? « Des confrères me confient parfois que cela leur prendrait moins de temps de faire un examen que d'expliquer à certains de leurs patients pourquoi ce n'est pas nécessaire. » explique-t-il au journal Le Temps .

C'est donc à nous aussi, patients, d'être raisonnables et… patients.

Même s'il est parfois difficile de résister à l'hystérie des médias et des campagnes de « sensibilisation » sur le dépistage, sachons garder la tête froide.

La surmédicalisation, c'est de plus en plus clair, coûte cher et provoque plus de méfaits que de bienfaits.

Et le meilleur service que vous pouvez vous rendre, pour éviter le cancer, c'est d'essayer de vivre sainement… naturellement.

 

Source : La Lettre Santé Nature Innovation

 


Commentaires

 

1. flipperine  le 01-06-2015 à 11:21:52  (site)

on se croit souvent plus malade que l'on est et on voit trop d'articles qui nous mettent la peur

 
 
 
posté le dimanche 31 mai 2015 à 18:39

Mal de dos : ne souffrez pas inutilement

Mal de dos : ne souffrez pas inutilement

 


La plupart des cas de mal de dos sont provoqués par une mauvaise posture ou un mauvais mouvement.

Passer l'essentiel de la journée affalé derrière un bureau ou sur un fauteuil est le moyen le plus sûr de déclencher de terribles douleurs du dos.

Lorsqu’elles s'installent, et cela peut se produire du jour au lendemain, vous pouvez dire adieu aux joies simples de la vie : votre quotidien devient une torture permanente.

C'est pourquoi je vous encourage vivement à prendre aujourd'hui toutes les mesures nécessaires pour éviter d'en arriver là. Et si vous souffrez déjà de mal de dos, lisez la suite, vous y trouverez de nombreuses solutions naturelles et efficaces.

 

Être assis tue

Être assis est en soi un facteur de risque de développer toutes sortes de maladies, du diabète aux maladies cardiaques, même si vous faites beaucoup de sport !

Si vous passez l'essentiel de votre journée assis, comme moi, je ne peux trop vous encourager à prendre quelques minutes toutes les heures pour limiter les dégâts sur votre squelette, vos muscles, vos tendons et vos artères.

Le minimum syndical est de vous lever, faire le tour de votre chaise, puis de vous rasseoir au moins une fois par heure. Mais il est souhaitable d'aller un peu plus loin, surtout si vous faites peu d'exercice physique par ailleurs, en pratiquant les exercices suivants.

Exercices indispensables pour survivre au bureau

Si vous avez des collègues, ou un chef, qui risquent de lever les sourcils en vous voyant faire, imprimez cette lettre pour la leur donner. Ils comprendront que non seulement ce que vous faites a du sens pour vous car cela augmentera votre longévité, votre productivité, et diminuera vos futurs arrêts maladie, mais qu'ils feraient bien eux aussi de vous imiter pour éviter de graves problèmes de santé.

Exercice N°1 : En position debout, penchez doucement votre tête vers l'épaule droite, puis vers l'épaule gauche. Après 3 mouvements de chaque côté, tenez la position pendant 20 secondes, de chaque côté.

Exercice N°2 : En position debout et en vous tenant à votre bureau avec les mains, croisez votre jambe droite sur votre cuisse gauche, puis faites une flexion de la jambe gauche, sans descendre jusqu'en bas. Répétez ensuite le mouvement sur votre jambe droite.

Exercice N°3 : En position debout, écartez vos pieds de la largeur de vos épaules. Pivotez vos deux pieds vers la droite, tout en tournant vos hanches vers la gauche ; levez votre bras gauche vers le ciel et tendez votre bras droit vers le sol. Regardez vers le haut tout en baissant votre torse, puis redressez-vous. Répétez le mouvement dans l'autre sens.

Exercice N°4 : Courbez vos épaules en avant, puis écartez-les vers l'arrière, puis tirez-les vers le bas. Continuez le mouvement pendant 20 à 30 secondes.

Exercice N°5 : Debout, pieds joints, faites un pas en diagonale vers la droite, puis baissez-vous comme si vous vouliez vous asseoir. Répétez le mouvement 10 à 20 fois, puis recommencez de l'autre côté.

Exercice N°6 : Debout, les mains appuyées sur votre bureau, un peu plus écartées que vos épaules, dressez-vous sur la pointe des pieds, 10 fois de suite.

Exercice N°7 : Les jambes écartées de la largeur de vos épaules, asseyez-vous et relevez- vous de votre fauteuil 15 à 20 fois de suite.

Exercice N°8 : En position debout, mettez votre main droite sur votre bureau et mettez tout votre poids sur votre jambe droite. Penchez-vous en avant et levez en arrière votre jambe gauche tendue, jusqu'à atteindre la position horizontale si possible. Répétez le mouvement 10 fois de chaque côté.

Exercice N°9 : Mettez-vous en position de faire des pompes. Tirez votre genou droit vers votre bras droit, jusqu'à toucher votre coude ou votre bras, puis faites le mouvement avec la jambe et le bras gauche. Recommencez 20 fois rapidement.



Dans les écoles japonaises, les enfants apprennent la posture debout idéale. A l'âge adulte, ils continueront à faire des exercices de relaxation, debout, assis, couché, et des exercices de respiration profonde, collectivement dans les entreprises.

Chez nous, 38 % des enfants ont une mauvaise posture, avec des conséquences néfastes sur toute la société, puisque le mal de dos (douleurs lombaires) est la première cause d'arrêt du travail.

Exercice N°10 : Levez-vous et basculez votre corps doucement en avant puis en arrière, jusqu'à trouver la posture de détente totale. Votre colonne vertébrale doit être droite, les oreilles, les épaules, les hanches et les chevilles alignées sur une ligne imaginaire vous traversant de profil. Regardez vers le ciel, comme les mystiques qui essaient de communiquer avec une réalité cachée. Votre respiration est aisée et profonde. Vous poussez votre ventre en avant chaque fois que vous remplissez vos poumons.


Vous atteignez la position debout idéale, celle où tous vos muscles sont détendus. Cette posture neutre permet également d'éviter de vous blesser. La majorité des blessures des tendons, muscles, ligaments et os vient de muscles tendus de façon asymétrique. Tout sentiment de fatigue disparaît, votre énergie revient, votre état de conscience s'améliore.

Ce dernier exercice me vient du docteur Hertoghe.

J’ai pu vérifier avec lui que grâce à une bonne posture, il est possible de marcher plusieurs dizaines de kilomètres sans se fatiguer ni avoir mal et de courir un marathon par semaine sans entrainement intensif. Le docteur Hertoghe explique dans un dossier d’une grande qualité comment il a pu, à l'âge de 57 ans, courir un marathon par semaine simplement en changeant légèrement sa posture, et nager 6 kilomètres.

Vous ne serez bien sûr pas obligé d'en faire autant. Mais imaginez que vous puissiez vous sentir plus jeune, plus fort, plus optimiste et créatif en adaptant simplement votre posture.

Imaginez que vous puissiez mieux dormir en découvrant tout simplement comment vous coucher dans la position idéale.

Ne forcez pas

Une bonne posture est absolument fondamentale pour une bonne santé, et le moins qu'on puisse dire est que le mode de vie dans les pays industrialisés ne tient plus aucun compte de ce besoin.

Mais votre corps est vraiment fait pour marcher, ramper, grimper, se suspendre, sauter et s'étirer dans tous les sens, tout au long de la journée. C'est ainsi que vos ancêtres ont vécu pendant des millions d'années.

Ne plus utiliser tous vos muscles, toutes vos articulations, permet dans un premier temps de vous reposer. Mais rapidement, votre corps se grippe, raidit, puis des douleurs apparaissent. Des douleurs parce que vous n'avez pas assez bougé.

Attention, le but n'est pas de tirer violemment sur vos tendons et articulations, ni de vous fatiguer, ni même d'avoir un peu mal. Le but est tout simplement de faire fonctionner votre corps selon sa nature, comme il fonctionnerait normalement si nous n'avions ni voitures, ni supermarchés, ni ordinateurs, ni chauffage central ou eau courante.

Qu'au moins quelques instants par jour votre corps fonctionne tel que sa constitution le prévoit.

Thérapies naturelles

Vous avez remarqué que je n'ai pas parlé de nutrition ni de produits naturels, ni même de thérapies contre le mal de dos.

La raison est que ces stratégies ne viennent que dans un second temps. Il est inutile de les entreprendre si, par ailleurs, vous ne faites pas ce « minimum syndical » dont j'ai parlé ci-dessus.

Par contre, si les douleurs sont intenses ou si les exercices ci-dessus ne suffisent pas, alors je vous encourage vivement à :

  1. Consulter un ostéopathe ou un chiropracteur. La différence est que le chiropracteur ne travaille que sur la colonne vertébrale. Ce sont les grands spécialistes du squelette, et ils connaissent les mouvements et manipulations qui soulagent les douleurs.
  2. Pratiquer la musculation, la gymnastique aquatique, le yoga ou le tai-chi : chacune de ces disciplines a sa propre logique, et correspond à des tempéraments et situations différents. Chacune peut, à elle seule, vous soulager totalement de votre mal de dos.
  3. La physiothérapie, les massages et les différentes méthodes de lutte contre le stress sont aussi des voies importantes à explorer, qui permettent d'atténuer ou supprimer les douleurs.
  4. Marcher pieds nus, surtout sur un sol meuble (pelouse) permet de rééquilibrer la posture et de lutter contre le mal de dos.

La nutrition contre le mal de dos

La première étape d'une nutrition contre le mal de dos est de limiter les aliments inflammatoires (glucides à index glycémique élevé, fritures, aliments riches en acides gras oméga-6) et d'augmenter vos apports en aliments anti-inflammatoires : légumes et fruits colorés, riches en antioxydants, petits poissons gras riches en acides gras oméga-3, cuisson à basse température, épices.

Il existe en outre une grande diversité de plantes et nutriments qui ont une action anti-inflammatoire. Certains (épices, aliments) peuvent être consommés directement tels quels. D'autres sont à prendre sous forme de compléments alimentaires, voire à appliquer sous forme de crème :

  • La racine de consoude est traditionnellement utilisée contre les douleurs musculaires et ligamentaires. Des recherches récentes indiquent que la crème à la consoude est efficace contre les douleurs lombaires (bas du dos) , mais elle ne doit pas être utilisée plus de 10 jours d'affilée. Au-delà, elle peut être dangereuse pour le foie.
  • Le gingembre est un puissant anti-inflammatoire. Le gingembre frais est particulièrement efficace lorsque vous l'ajoutez à un jus de légumes ou de fruits, dans votre extracteur. Vous pouvez aussi le prendre sous forme de tisane.
  • La curcumine : une étude sur des patients souffrant d'arthrose a indiqué que 200 mg de curcumine par jour diminuent la douleur et augmentent la mobilité . Cette épice a en effet la particularité de bloquer les voies de l'inflammation, empêchant la formation des protéines qui déclenchent les gonflements et la douleur .
  • La boswellia (encens) : c'est une plante qui contient de puissants actifs anti-inflammatoires, qui peut même être utilisée en cas de polyarthrite rhumatoïde. Vous la trouvez dans le commerce sous la forme de capsules ou de comprimés composés d'un extrait de résine.
  • La bromélaïne : il s'agit d'une enzyme que l'on trouve dans la tige de l'ananas (et non dans la partie comestible), et qui est elle aussi un efficace anti-inflammatoire naturel. Vous la trouvez en général sous forme de compléments alimentaires.
  • Crème à la capsaïcine (piment) : c'est une crème qui soulage les douleurs locales en supprimant la substance P dans les cellules nerveuses, un composé chimique qui transmet les signaux de la douleur vers le cerveau.

Ne sous-estimez pas l'importance de ces produits que vous trouverez dans toutes les bonnes boutiques bio. Car la médecine conventionnelle n'a pas de bonne solution contre le mal de dos : les opérations chirurgicales sont très risquées et peu efficaces. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens et les infiltrations de cortisone ne peuvent être utilisés sur le long terme.

Pour vivre sans mal de dos, c'est donc un ensemble de mesures douces, naturelles, mais qui seront efficaces si vous les combinez et si vous les intégrez dans votre mode de vie qui sont de loin la meilleure solution.

Source : La Lettre du Dr Thierry Hertoghe

 


Commentaires

 

1. flipperine  le 01-06-2015 à 10:55:29  (site)

il faut bouger et y aller à son rythme

2. anouchka1945  le 01-06-2015 à 18:09:14  (site)

bonsoir ma douce j'espere de tt coeur que tu vas trouver autre chose et plus prés de chez toi , as tu passé un bon lundi ? moi ce matin petites courses et cet aprés midi pas de sortie , ici petit soleil , nuages et vent froid , bonne soirée et bon mardi ..amitié ..bisous ..Anna

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Hebergement d'image gratuit
Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article