posté le samedi 12 septembre 2009 à 18:33

Pour Interdire la pratique cruelle de Dévocalisation Canine


Souhaitez-vous, un jour, réduire au silence un membre de la famille?
Certaines personnes taisent leurs chiens à travers la dévocalisation; une intervention chirurgicale douloureuse qui coupe les cordes vocales par la cavité buccale de l'animal
ou par une incision dans le cou.

Cette procédure crée de graves risques sanitaires pour les animaux, y compris l'hémorragie, la toux, l'aspiration (?!), des difficultés à avaler et problèmes respiratoires.

En outre, la dévocalisation laisse les animaux de compagnie incapables de communiquer quand quelque chose ne va pas, ce qui peu leur poser préjudice et/ou poser préjudice aux humains.

La dévocalisation ne résout pas les problèmes à la maison ou le changement de besoins de l'animal.

Les propriétaires doivent assumer la responsabilité de leurs animaux de compagnie et doivent traiter les racines du problème plutôt que de faire taire cruellement leurs animaux.

Un projet de loi dans le Massachusetts interdirait la dévocalisation canine dans tous les cas, sauf quand elle s'avère «médicalement nécessaire».


Bien que plusieurs Etats ont déjà des lois relatives à la chirurgie de dévocalisation, la plupart des Etats n'en disposent pas.


Faites appel à vos représentants afin de proposer une législation interdisant la dévocalisation non médicale à l'échelle nationale!

Signez la pétition : http://www.thepetitionsite.com/takeaction/192425248

 

 

 


 
 
posté le samedi 12 septembre 2009 à 18:15

Sampa, de Georges Chelon

Je m'appelle Sampa
Et bien que chien bâtard
Je fais tourner la tête
A bien des pedigrees
Je m'appelle Sampa
Je suis né quelque part

Je m'appelle Sampa
Et mon histoire est belle
Je mouille des divans
Je souille des parquets
Je vis auprès d'un roi
Comme un chien de poubelle

Je m'appelle Sampa,
Et j'ai des yeux qui parlent
Un corps qui fait le fou
Un cœur qui se remplit
De tant et tant de joie
Qu'une carresse régale

Je m'appelle Sampa
J'ai des maîtres fidèles
Lui me donne du mal
A me faire obéir
Mais quand il n'est pas là
Je suis seul avec elle

Son amour à lui
C'est mon amour à moi
Comme elle est jolie
Comme elle est gentille
Son amour à lui
C'est ma maîtresse à moi
Et, quand elle me sourit
Moi j'ai les yeux qui brillent

Elle m'appelle San San
Et je l'aime et elle m'aime
La nuit je dors près d'elle
Et au matin je la réveille
D'un coup de patte
Ou bien d'un coup de dent

Je m'appelle Sampa
Et mon histoire est courte
Pour aller du lit où je dormais
Jusqu'au jardin où je repose
Il ne m'aura pas fallu un an

Toi le jardin, je te connais
Dans tes moindres recoins
Hier encore je t'ai prêté un os
Aujourd'hui je te donne les miens

Je m'appelais Sampa
Et j'étais chien bâtard !

Laydi

 

A l’adoption sous l’association Galgos France


 

http://www.galgoosfrance.net/formulaire-d-adoption.html

 

Famille d’accueil :


 

http://www.galgoosfrance.net/famille-d-accueil.html

 Pour me contacter : lisbeth@galgosfrance.info


 


 
 
posté le samedi 12 septembre 2009 à 16:40

Moi, chat errant, j'accuse...

 Photo de Véronique : Domino, chatte aimée

 

 

 

Moi, chat errant, j'accuse...

Moi, chat abandonné dans cet appartement que vous quittez sans considération pour ma survie...
Moi, laissé pour compte, seul dehors, alors que de ma portée vous me préférez ce petit chaton...
Moi, maintenant malade et dont vous ne voulez plus...
Moi, que vous abandonnez sur le comptoir du refuge juste parce que j’ai vieilli...
Moi, qui ne suis pas stérilisé et qui me procrée à touts venants...
Moi, que votre voisin déteste et qui utilisera des poisons pour m’éliminer...
Moi, chat errant car abandonné par VOUS,

Moi, j’accuse :

- Les propriétaires des appartements qui me refusent d’emménager avec ma famille...
- Les gens qui m’adoptent mais ne me stérilisent pas, parce qu’il faudrait payer...
- Les animaleries qui vendent des animaux à rabais, et qui proviennent pour la très grande majorité d’usines à chiots, chats, oiseaux, rongeurs et autres... 
- Certains refuges qui ne se responsabilisent pas et euthanasient, c’est plus facile...
- Les ordres vétérinaires qui, malgré qu’ils connaissent bien le problème de l’itinérance chez les chats, ne se concertent pas pour offrir des cliniques de stérilisation à coût modique et pour sensibiliser la population, VOUS et moi, sur notre RESPONSABILITÉ face à la prolifération des chats errants...
- Certains médias qui, lorsque la nouvelle ne comporte pas d’images choquantes, parlent peu ou pas de l’abandon, de la négligence, de l’indifférence face aux chats errants...
- Ceux et celles qui ne lisent pas les communiqués des divers organismes et individus qui dénoncent la cruauté envers les animaux, sous toutes ses formes ; car ne vous y trompez pas, l’abandon EST CRUEL et fait tout aussi mal que les coups et blessures...
- Le gouvernement provincial qui refuse d’injecter des fonds pour aider à la stérilisation, à l’éducation de la population, à la fondation de refuges...
- Le gouvernement fédéral qui depuis près d’un siècle refuse toujours d’amener le code criminel canadien afin que soient renforcées les mesures de protection et de condamnation de ceux qui abandonnent, maltraitent, abusent de nous les animaux domestiques...

Mais je remercie...

- Ceux qui aujourd’hui entendent ce cri d’alarme...
- Ceux qui choisiront de se responsabiliser...
- Ceux qui s’impliqueront en favorisant l’ouverture d’autres refuges...
- Ceux qui se joindront à ma voix pour éduquer, informer, stériliser...
- Ceux qui mettront la clef dans leur usine lucrative de production de chats et les animaleries qui refuseront de les vendre...
- Ceux qui diffuseront cette alerte...
- Ceux qui ont compris qu’ils sont responsables de l’itinérance en recrudescence des chats au Québec et qui dorénavant choisiront de faire partie de la solution...
- Celles et ceux qui bénévolement nous rescapent, nous soignent, nous stérilisent, nous trouvent une nouvelle famille où finir nos jours paisiblement...
- Ceux qui ont compris que ce n’est pas un droit que d’être propriétaire d’un animal de compagnie, mais un PRIVILÈGE dont on doit se montrer digne...
Moi, chat errant qui mourrai probablement de froid et de faim l’hiver prochain, si j’avais une voix, si j’avais le choix, j’aurais une famille
 


 
 
posté le samedi 12 septembre 2009 à 16:25

Voici la parole d'un chien viverrin


Mon Dieu

Mon Dieu, permettez-moi de mourir
sur l'amoncellement de tout mes frères
Et pourtant mon corps souffrant respire
je brûle, j'ai si mal, j'ai froid, j'ai peur

Je n'ai plus d'oreilles, je n'ai plus de nez,
Des larmes de sang coulent de mes yeux
J'ai tellement de mal à respirer
Mon âme entière vous supplie mon Dieu

On m'a battu et on m'a frappé
Maintenant que je suis mort vivant
accroché, je me suis réveillé
la peau arraché, le corps en sang

Mais je suis encore vivant
et je vous regarde au fond de l'âme
moi, jeté sur les corps de mes frères
et je vous regarde, et je vous demande

A quel Dieu donnez-vous vos coeurs
pour quelle raison si peu d'amour
et pour quelle cause tant d'indifférence ?
N'est-ce-pas uniquement pour le plaisir ?

Mes frères, partout dans le monde souffrent, meurent
parce-que l'homme aime la futilité
parce-qu'il préfère son argent au coeur
parce-qu'il a choisi la vanité
plutôt que l'amour de son âme

Petit renard polaire aux yeux bleus-gris
pourtant déjà si tristes et si effrayés
par ce qu'il pressent et ce qu'il devine
cerné par une cage impossible à briser


 


La queue rongée et rouge d'angoisses
tu as encore les couleurs de l'enfance
mais là, tu n'arriveras pas à vieillir
et pourtant, pour toi, le temps qui passe
est déjà une éternité de peurs

Que Dieu te permettes une mort rapide
mais ce sont toujours les hommes qui décident...

J'étais un chien, un chien viverrin...
Je sais, j'avais l'air gros et pas très malin
mais je voulais vivre en paix avec vous,
j'avais le coeur assez grand pour vous aimer
et maintenant je tarde à mourir à cause de vous

Je n'ai plus d'oreilles, je n'ai plus de nez
des larmes de sang coulent de mes yeux
j'ai tellement du mal à respirer
et de toute mon âme, pour mourir, je prie Dieu

Je n'étais pas gros, je n'étais pas bête
peut-être pas très beau, un peu à l'abri sous la peau que vous m'avez volé



Isa


Agonie filmée d'un chien viverrin

 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Hebergement d'image gratuit
Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article