posté le mardi 16 juin 2009 à 09:48

TRES IMPORTANT PETITION A SIGNER

 

Georges Vool
Centre de Revalidation pour la Faune Sauvage
Agréé par le Service Public de Wallonie
Département de la Nature et des Forêts
4280 - Wansin - Belgique


 
Je transmets :

A partir du mois d’octobre, une loi sera de vigueur qui stipule que plus aucune organisation n’a le droit d’importer des chiens vers la Belgique !!

C'est impensable, nous ne pourrons plus sauver la vie des chiens ni de France, ni d'Espagne comme nous le fesions jusquà présent !

! Pensez à tous les lévriers qui ont eu la vie sauve graçe à leur venue en belgique mais aussi à tous les chiens dit de première catégorie qui ont du quitter la france faute de pédigré!!

http://www.ginb.be/petition/indexfr.php

 

PENSEZ A EUX FAITES UN GESTE EN SIGNANT LA PETITION


 

 

 


 
 
posté le lundi 15 juin 2009 à 13:50

pour la première fois dans l'histoire de la maltraitance des Galgos‏


Maltraiter les animaux n’est pas gratuit

 

Le Ministère Public de Badajoz requiert un an de prison pour un homme qui a pendu 2 chiens et deux ans demi pour un autre qui a empoisonné des guêpiers (oiseaux).

 

C’est la première fois qu'une peine de prison est demandée pour de mauvais traitements sur des animaux à Badajoz.

Le Seprona a dénoncé l’empoisonnement de vautours à Mérida

 

Un homme qui avait pendu ses deux chiens dans la commune de la Siberia sera sur le banc des accusés pour répondre du délit de maltraitance grave sur animaux domestiques. Le Ministère Public de Badajoz demande qu’il soit condamné à un an de prison et à trois ans d’interdiction d’exercer toute profession en rapport avec les animaux.

C’est la première fois qu’une peine de prison est requise pour maltraitance animale à Badajoz, d’après Agustín Manzano, procureur délégué à l’environnement.

Bien que la pendaison de chiens soit encore relativement fréquente, très peu de cas arrivent devant les tribunaux car on ne recherche pas qui a été la personne responsable de la maltraitance.

 

Jetés dans une poubelle

Dans ce cas, il a pu être établi que les deux chiens retrouvés dans une benne à ordure (l'un des deux agonisait encore) avaient été pendus à l’aide d’une corde passée autour du cou.

Ainsi, ils auraient une mort “douloureuse et à la souffrance évidente" puisqu'ils mettraient plusieurs minutes à mourir. Après la pendaison, l'accusé a mis les animaux dans un sac et les a jeté dans la benne à ordures.

A côté des chiens, on a retrouvé les cadavres de six poules, également propriété de l’inculpé.

On suppose qu’elles ont été mordues par les chiens et que le propriétaire les a punis par pendaison.

L’enquête sur ces faits, qui se sont produits en septembre 2008, a été conduite par le Tribunal de Herrera del Duque.

 

Du poison pour les oiseaux

Si maltraiter les animaux est puni par le Code pénal, le fait d’empoisonner de la nourriture ou des piquets pour tuer les oiseaux l'est aussi.

Le Tribunal de Badajoz a présenté une accusation contre un apiculteur qui avait empoisonné des piquets pour tuer des guêpiers.

L’homme, qui vit également dans un village de la Siberia, a acheté un puissant insecticide appelé Lebaycid 50, utilisé pour le traitement des arbres fruitiers et autres plantes. Mais il ne s’en est pas servi à cette fin, mais pour protéger ses ruches des oiseaux.

Il a badigeonné de ce poison plusieurs piquets autour des ruches et les a placés, reliés par des cordes, comme des perchoirs à oiseaux.

L’effet de ce poison sur les guêpiers est mortel : lorsqu'ils se posent le poison traverse la peau des pattes et les tue. Ainsi, l'apiculteur évitait que les oiseaux ne mangent les abeilles de ses ruches.

 

Délit contre la faune

Les gardes civils du Seprona ont trouvé les piquets empoisonnés et des restes d’un guêpier mort. Ils ont envoyé les piquets et les cordes à la Faculté vétérinaire de l’Université d’Extremadura, qui a confirmé la présence du poison.

Le guêpier est un oiseau figurant au catalogue régional des espèces menacées, sa chasse est donc interdite. Le Code pénal punit l'usage de poisons dans le but de nuire à la faune. Le Tribunal accuse cet homme d'un délit répété contre la faune et demande qu'il soit condamné à deux ans et demi de prison et à quatre ans d'interdiction de chasse.

Il demande également qu’il soit reconnu inapte au métier d’apiculteur pendant la durée de sa peine. L'affaire est également instruite par le Tribunal de Herrera del Duque.

Le Ministère public de l’environnement traite également une affaire présentée par le Seprona pour la mort d'oiseaux dans une propriété proche de Mérida.

On y a retrouvé morts et enterrés, quatre vautours noirs, un milan royal, un milan noir et cinq corbeaux. D’après les analyses toxicologiques, la mort des oiseaux est due à un empoisonnement au carbofurane.

L’enquête sur des morts d’animaux dans la nature causées par des appâts empoisonnés est déjà très avancée d’après le procureur Agustín Manzano.

La Guardia Civil dispose même de chiens dressés capables de repérer les appâts sans les manger. Quand le Seprona trouve des animaux morts et suspecte qu’on a utilisé du poison pour les tuer, il envoie les échantillons à la Faculté vétérinaire qui détermine la cause de la mort.

 


 
 
posté le dimanche 14 juin 2009 à 17:10

La répression des mauvais traitements envers les animaux

               

L'infraction de mauvais traitements envers un animal domestique, prévue à l'article R. 654-1 du Code pénal, est punie d'une peine d'amende dont le montant maximum est de 750 euros.

 

Ont été qualifiés de mauvais traitements :

 

  • - le fait de laisser un chien enfermé dans un garage, amaigri, au milieu de ses excréments, sans eau ni nourriture (J805 Sarreguemines 5 mars 2002: le Tribunal a prononcé une peine d'amende de 150 euros, a ordonné la remise du chien à la SPA, à qui il a accordé 160 euros de dommages et intérêts).
  

 

  • - le fait de laisser un chien à l'abandon, à bout de forces, avec des plaies aux quatre pattes, les oreilles couvertes de gale et une plaie purulente sous un œil (J806 Puteaux 4 avril 2002: le Tribunal a prononcé une peine d'amende de 550 euros et a accordé 600 euros de dommages et intérêts à la SPA).
  

 

  • - le fait de détenir des chiens dans des conditions inadmissibles d'insalubrité et d'obscurité (D1139 Dax 19 juin 2003: le Tribunal a prononcé une peine d'amende de 50 euros et a accordé la garde des animaux à la SPA, ainsi que 100 euros de dommages et intérêts).
  

 

  • - le fait de laisser un chien dans une voiture sans aération pendant la canicule (D1230 Cherbourg 9 décembre 2003: le Tribunal a prononcé une peine d'amende de 90 euros et accordé 1 euro de dommages et intérêts à la SPA).
  

 

  • - le fait de laisser un chien enfermé dans une voiture stationnée dans un endroit non ombragé, par temps de chaleur ou de soleil (J1270 Saint-Germain-en-Laye 23 janvier 2004: le Tribunal a prononcé une peine d'amende de 500 euros et a accordé 700 euros de dommages et intérêts à la SPA).
  

 

  • - le fait de laisser des chiens vivre à même le sol dans un enclos au milieu de leurs excréments, sur un sol gelé, sans eau ni nourriture avec seulement une bâche comme protection contre les intempéries (D1325 Sallanches 30 mars 2004, confirmé par CA Chambéry 15 septembre 2005: le Tribunal a prononcé une peine d'amende de 400 euros et a accordé 300 euros de dommages et intérêts à la SPA).
  

 

  • - le fait de laisser un chien attaché et muselé par une température caniculaire, dans des conditions telles qu'il était incapable d'atteindre sa gamelle d'eau qui devait d'ailleurs être à température ambiante (J1224 Le Mans 7 septembre 2004, confirmé par CA Angers 19 janvier 2005: le Tribunal a prononcé une peine d'amende de 250 euros et a accordé 500 euros de dommages et intérêts à la SPA).
  

 

  • - le fait de donner des violents coups de pied et à l'aide d'un gourdin doté d'une pointe (D1356 Mont-de-Marsan 15 septembre 2004: le Tribunal a prononcé une peine d'amende de 400 euros et a accordé 400 euros de dommages et intérêts à la SPA).
  

 

  • - le fait de procéder à du piercing animalier (J1505 Nice 5 septembre 2005: le Tribunal a prononcé une peine d'amende de 150 euros et a accordé 150 euros de dommages et intérêts à la SPA).
  

 

  • - le fait de laisser un chien enfermé dans un véhicule en plein soleil (J1855 Redon 14 mars 2006: le Tribunal a prononcé une peine d'amende de 100 euros et accordé la garde définitive du chien et 1 euro de dommages et intérêts à la SPA).
  

 

  • - le fait de laisser un chien enfermé sur un balcon depuis trois jours (D1930 Montluçon 9 mai 2006: le Tribunal a prononcé une peine d'amende de 200 euros et a accordé la garde définitive de l'animal à la SPA, ainsi que 150 euros de dommages et intérêts).
  

 

  • - le fait de traîner un chien au bout d'une laisse, de le secouer et de lui donner des coups de laisse (J1964 Sallanches 20 juin 2006: le Tribunal a prononcé une peine de 150 euros d'amende et accordé la garde définitive de l'animal à la SPA, ainsi que 300 euros de dommages et intérêts).
  

 

  • - le fait de laisser un chien attaché dehors en plein hiver de manière permanente à l'aide d'une chaîne d'une longueur de 1,50 mètres, avec pour seul abri un trou de mur partiellement éboulé et sans qu'il soit ni correctement ni régulièrement nourri (D2057 Cherbourg 14 novembre 2006: le Tribunal a prononcé une peine d'amende de 100 euros et a accordé 1 euro de dommages et intérêts à la SPA).
  

 

 

 

Article R. 654-1 du Code pénal

 

Hors le cas prévu par l'article 511-1, le fait, sans nécessité, publiquement ou non, d'exercer volontairement des mauvais traitements envers un animal domestique ou apprivoisé ou tenu en captivité est puni de l'amende prévue pour les contraventions de la 4e classe.

 

En cas de condamnation du propriétaire de l'animal ou si le propriétaire est inconnu, le tribunal peut décider de remettre l'animal à une oeuvre de protection animale reconnue d'utilité publique ou déclarée, laquelle pourra librement en disposer.

 

Les dispositions du présent article ne sont pas applicables aux courses de taureaux lorsqu'une tradition locale ininterrompue peut être invoquée. Elles ne sont pas non plus applicables aux combats de coqs dans les localités où une tradition ininterrompue peut être établie.

 

La répression des sévices graves et des actes de cruauté envers les animaux

 

L'article 521-1 du Code pénal punit les sévices graves ou actes de cruauté commis sur un animal domestique d'une peine de 2 ans d'emprisonnement et de 30.000 euros d'amende.

 

Le fait d'abandonner un animal domestique est puni des mêmes peines.

 

Ont été qualifiés de sévices graves ou d'actes de cruauté :

 

  • - le fait d'attacher un chien à un pylône et de tenter de l'immoler par le feu (J809 Melun 24 mai 2002: le Tribunal a prononcé une peine de 4 mois   d'emprisonnement avec sursis, une peine d'amende de 600 euros, ainsi que l'interdiction définitive de détention d'un animal, et a accordé 152,45 euros de dommages et intérêts à la SPA).
  

 

  • - le fait de se livrer à des actes sexuels contre-nature sur un chien (J879 Villefranche-sur-Saône 4 juin 2002: le Tribunal a prononcé une peine d'emprisonnement de 6 mois avec sursis, a ordonné une obligation de soins et a accordé 1 euro de dommages et intérêts à la SPA).
  

  • - le fait de pendre un chat avec une ficelle (D895 Quimper 3 juillet 2002: le Tribunal a prononcé une peine d'amende de 200 euros et a accordé 387,20 euros de dommages et intérêts au propriétaire et 200 euros de dommages et intérêts à la SPA).
  

 

  • - le fait d'attacher un chien avec une chaîne de 3 mètres au pare-choc d'un véhicule à l'état d'épave, le chien étant manifestement sous-alimenté, famélique et revenu à un certain état sauvage (B939 Pontoise 20 janvier 2003: le Tribunal a prononcé une peine d'un mois d'emprisonnement avec sursis, une peine d'amende de 765 euros, l'interdiction de détenir un animal à titre définitif et la confiscation du chien pour qu'il soit confié à la SPA, laquelle a également obtenu 150 euros de dommages et intérêts. CA Versailles 23 février 2004 a confirmé le jugement entrepris mais a porté la peine d'amende à 1.500 euros).
  

 

  • - le fait de tirer à la carabine sur un chien, lui occasionnant une blessure grave obligeant le vétérinaire à procéder à l'euthanasie pour abréger ses souffrances (J1201 Perpignan 25 septembre 2003: le Tribunal a prononcé une peine d'amende de 250 euros, a accordé 500 euros de dommages et intérêts au propriétaire du chien et 1.000 euros de dommages et intérêts à la SPA).
  

 

  • - le fait de frapper un chien à de multiples reprises avec un trousseau de clés et un objet tranchant et contondant (J1220 Montpellier 8 décembre 2003: le Tribunal de prononcé une peine de 4 mois d'emprisonnement avec sursis et l'interdiction définitive de détenir un animal, et a accordé 100 euros de dommages et intérêts à la SPA).
  

 

  • - le fait de frapper un chien à plusieurs reprises avec un instrument contondant comme une lampe maglite (D1196 Blois 3 décembre 2003: le Tribunal a prononcé une peine d'un mois d'emprisonnement avec sursis, une peine d'amende de 400 euros et l'interdiction définitive de détenir un animal, et a accordé 1.000 euros de dommages et intérêts à la SPA).
  

 

  • - le fait de mettre un chien dans la machine à laver en fonctionnement pendant 30 minutes, en entraînant ainsi la mort (J1217 Boulogne-sur-Mer 13 janvier 2004: le Tribunal a prononcé une peine d'emprisonnement de 4 mois et l'interdiction définitive de détenir un animal, et a accordé 450 euros de dommages et intérêts à la SPA).
  

 

  • - le fait de projeter un chat contre un mur au moins à cinq reprises pour lui donner la mort (J1272 Tours 5 février 2004: le Tribunal a prononcé une peine d'amende de 600 euros et a accordé 800 euros de dommages et intérêts à la SPA).
  

 

  • - le fait de donner des coups et des claques à un chien et de lui attacher le sexe (D1245 Angers 11 mars 2004: le Tribunal a prononcé une peine de 3 mois d'emprisonnement avec sursis et l'interdiction de détenir un animal à titre définitif, et a accordé 350 euros de dommages et intérêts à la SPA).
  

 

  • - Le fait de priver un chien de nourriture et de le frapper à coups de pied, de poing et de sac (D1286 Blois 5 mai 2004: le Tribunal a prononcé l'interdiction de détenir un animal pendant 5 ans et a accordé à la SPA la garde définitive du chien et 200 euros de dommages et intérêts).
  

 

  • - Le fait de laisser un chien attaché en permanence à une chaîne, sans soins, sans nourriture correcte et dans un mauvais été sanitaire (J1614 Draguignan 11 mai 2005: le Tribunal a prononcé une peine de 3 mois d'emprisonnement et a accordé 500 euros de dommages et intérêts à la SPA).
  

 

  • - le fait d'assener des coups de machette à plusieurs reprises sur deux chiens et une chèvre (D1572 Draguignan 1er juin 2005: le Tribunal a prononcé une peine de 4 mois d'emprisonnement avec sursis et a accordé 2.000 euros de dommages et intérêts au propriétaire des animaux et 1 euro de dommages et intérêts à la SPA).
  

 

  • - le fait d'abandonner à l'intérieur d'un appartement des chiens qui ont été retrouvés morts de faim et de soif (D1669 Avranches 6 septembre 2005: le Tribunal a prononcé une peine de 3 mois d'emprisonnement avec sursis et a accordé 400 euros de dommages et intérêts à la SPA.
  

 

  • - le fait d'asperger un chat au moyen d'une bombe aérosol et de le frapper à de multiples reprises à l'aide d'un manche à balai (J1782 Rodez 14 décembre 2005: le Tribunal a prononcé une peine de 6 mois d'emprisonnement avec sursis, a accordé 1.200 euros de dommages et intérêts au propriétaire du chat et 200 euros de dommages et intérêts à la SPA). Chat mort
  

 

  • - le fait de rouer un chat de coups de bâton et de lui jeter des pierres (B1823 Quimper 25 janvier 2006: le Tribunal a prononcé une peine de 2 mois d'emprisonnement avec sursis, a ordonné une obligation de soins et a accordé 250 euros de dommages et intérêts à la SPA).
  

 

  • - le fait d'étrangler, de dépouiller de faire cuire et de manger un chat (J1797 Bourges 3 mars 2006: le Tribunal a prononcé une peine d'1 mois d'emprisonnement avec sursis et a accordé 500 euros de dommages et intérêts au propriétaire du chat et 1 euro de dommages et intérêts à la SPA).
  

 

  • - le fait de rouer de coups des chiens et de tenter de les noyer (J2000 Cusset 24 octobre 2006: le Tribunal a prononcé une peine d'amende de 500 euros, l'interdiction de détenir un animal à titre définitif et accordé 500 euros de dommages et intérêts à la SPA). Chiens morts
  

 

  • - le fait de tirer sur un chat au moyen d'une carabine à air comprimé (J2064 Aix-en-Provence 24 octobre 2006: le Tribunal a prononcé une peine d'amende de 1.000 euros avec sursis, a ordonné la confiscation de l'arme et a accordé 1.000 euros de dommages et intérêts au propriétaire du chat, ainsi que 1 euro de dommages et intérêts à la SPA).
  

 

  • - le fait de tirer à la carabine sur un chat, ce qui a entraîné la perte d'un œil (D2007 Mont-de-Marsan 7 décembre 2006: le Tribunal a prononcé une peine d'amende de 1.000 euros avec sursis et accordé 409,50 euros de dommages et intérêts au propriétaire du chat et 200 euros de dommages et intérêts à la SPA).
  

 

 

  Article 521-1 du Code pénal

 

Le fait, publiquement ou non, d'exercer des sévices graves, ou de nature sexuelle, ou de commettre un acte de cruauté envers un animal domestique, ou apprivoisé, ou tenu en captivité, est puni de deux ans d'emprisonnement et de 30.000 euros d'amende.

 

En cas de condamnation du propriétaire de l'animal ou si le propriétaire est inconnu, le tribunal statue sur le sort de l'animal, qu'il ait été ou non placé au cours de la procédure judiciaire. Le tribunal peut prononcer la confiscation de l'animal et prévoir qu'il sera remis à une fondation ou à une association de protection animale reconnue d'utilité publique ou déclarée, qui pourra librement en disposer.

 

Les personnes physiques coupables des infractions prévues au présent article encourent également les peines complémentaires d'interdiction, à titre définitif ou non, de détenir un animal et d'exercer, pour une durée de cinq ans au plus, une activité professionnelle ou sociale dès lors que les facilités que procure cette activité ont été sciemment utilisées pour préparer ou commettre l'infraction. Cette interdiction n'est toutefois pas applicable à l'exercice d'un mandat électif ou de responsabilités syndicales.

 

Les personnes morales, déclarées pénalement responsables dans les conditions prévues à l'article 121-2 du code pénal, encourent les peines suivantes :

 

- l'amende suivant les modalités prévues à l'article 131-38 du code pénal ;

 

- les peines prévues aux 2°, 4°, 7°, 8° et 9° de l'article 131-39 du code pénal.

 

Les dispositions du présent article ne sont pas applicables aux courses de taureaux lorsqu'une tradition locale ininterrompue peut être invoquée. Elles ne sont pas non plus applicables aux combats de coqs dans les localités où une tradition ininterrompue peut être établie.

 

Est punie des peines prévues au présent article toute création d'un nouveau gallodrome.

 

Est également puni des mêmes peines l'abandon d'un animal domestique, apprivoisé ou tenu en captivité, à l'exception des animaux destinés au repeuplement.
La répression des atteintes involontaires à la vie ou à l'intégrité d'un animal.

 

L'article R. 653-1 du Code pénal réprime le fait d'occasionner la mort ou la blessure d'un animal domestique, que ce soit par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement à une obligation de sécurité ou de prudence, par une peine d'amende d'un montant maximal de 450 euros.

 

Ont été qualifiés d'atteintes involontaires à la vie ou à l'intégrité d'un animal :

 

  • - le fait de laisser un chien enfermé dans le coffre d'une voiture, toutes vitres fermées (B831 Saint-Nazaire3 mai 2002 : le Tribunal a prononcé une peine d'amende de 90 euros et a accordé 300 euros de dommages et intérêts à la SPA).
  

 

  • - le fait de laisser un chien enfermé dans une voiture en plein soleil, ce qui a entraîné sa mort par asphyxie et déshydratation (J977 Arras 31 janvier 2003: le Tribunal a prononcé une peine d'amende de 200 euros et a accordé 1 euro de dommages et intérêts à la SPA).
  

 

  • - le fait de tuer un chien avec le manche d'une scie (D1035 Toulon 13 juin 2003: le Tribunal a prononcé une peine d'amende de 200 euros et a accordé 58 euros de dommages et intérêts au propriétaire et 1 euro de dommages et intérêts à la SPA).
  

 

  • - le fait d'écraser un chien (J1115 Saint-Nazaire 27 juin 2003: le Tribunal a prononcé une peine d'amende de 160 euros et a accordé 537,35 euros de dommages et intérêts au propriétaire de l'animal, ainsi que 1 euro de dommages et intérêts à la SPA).
  

 

  • - le fait de laisser un chien enfermé dans une voiture pendant toute une journée avec une fenêtre ouverte en plein soleil sans eau (J1186 Etampes 9 octobre 2003: le Tribunal a prononcé une peine d'amende de 350 euros et a accordé 500 euros de dommages et intérêts au propriétaire du chien et 500 euros de dommages et intérêts à la SPA).
  

 

  • - le fait de blesser un chat par balles (J1210 Melun 3 novembre 2003: le Tribunal a prononcé une peine d'amende 225 euros et accordé 1.000 euros de dommages et intérêts au propriétaire du chat et 1 euro de dommages et intérêts à la SPA).
  

 

  • - le fait de percuter un chien avec une voiture (J1949 Abbeville 23 juin 2006 : le Tribunal a prononcé une peine d'amende de 75 euros et accordé 200 euros de dommages et intérêts au propriétaire de l'animal.
  

 

 

 Article R. 653-1 du Code pénal

 

Le fait par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement à une obligation de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou les règlements, d'occasionner la mort ou la blessure d'un animal domestique ou apprivoisé ou tenu en captivité est puni de l'amende prévue pour les contraventions de la 3e classe, soit une amende de 450 euros au plus.

 

En cas de condamnation du propriétaire de l'animal ou si le propriétaire est inconnu, le tribunal peut décider de remettre l'animal à une oeuvre de protection animale reconnue d'utilité publique ou déclarée, laquelle pourra librement en disposer.

 

5. La répression des atteintes volontaires à la vie d'un animal

 

L'article R. 655-1 du Code pénal punit le fait de donner volontairement et sans nécessite la mort à un animal domestique d'une peine d'amende de 1.500 euros et de 3.000 euros en cas de récidive.

 

Ont été qualifiés d'atteintes volontaires à la vie d'un animal :

 

  • - le fait de tirer sur un chien avec un fusil (D1102 Mont-de-Marsan 10 septembre 2003: le Tribunal a prononcé une peine d'amende de 150 euros et accordé 1.508,74 euros au propriétaire du chien, ainsi que 500 euros de dommages et intérêts à la SPA).
  

 

  • - le fait d'abattre un chien d'un coup de fusil (J1116 Mamers 16 septembre 2003: le Tribunal a prononcé une peine d'amende de 400 euros, la confiscation de l'arme, le retrait du permis de chasse et l'interdiction de solliciter la délivrance d'un nouveau permis pendant un an. Le Tribunal a accordé 1.370,49 euros de dommages et intérêts au propriétaire du chien, ainsi que 150 euros de dommages et intérêts à la SPA).
  

 

  • - le fait de tuer un chien de deux coups de fusil (J1100 Saintes 20 janvier 2004: le Tribunal a prononcé une peine d'amende de 450 euros avec sursis et a accordé 500 euros de dommages et intérêts au propriétaire, ainsi que 1 euro de dommages et intérêts à la SPA).
  

 

  • - le fait de tuer un chat par balles (J1318 Meaux 8 avril 2004: le Tribunal a prononcé la confiscation de l'arme et accordé 500 euros de dommages et intérêts au propriétaire du chat, ainsi que 500 euros de dommages et intérêts à la SPA).
  

 

  • - le fait de tuer un chien par balles (D1510 Amiens 25 janvier 2005: le Tribunal a prononcé une peine d'amende de 650 euros, la confiscation de l'arme et a accordé 1.122,40 euros de dommages et intérêts au propriétaire, ainsi que 700 euros de dommages et intérêts à la SPA).
  

 

  • - le fait d'empoisonner des chats (J1531 Sens 4 janvier 2005: le Tribunal a prononcé une peine de 800 euros d'amende, dont 400 euros avec sursis, et accordé 1.000 euros de dommages et intérêts au propriétaire de l'animal, ainsi que 400 euros de dommages et intérêts à la SPA).
  

 

  • - le fait de tuer un chat par balles (J1590 Nontron 8 avril 2005: le Tribunal a prononcé une peine d'amende de 500 euros et la confiscation de l'arme, et a accordé 1.122, 64 euros de dommages et intérêts au propriétaire, ainsi que 1 euro de dommages et intérêts à la SPA).
  

 

  • - le fait de tuer un chien par balles (J1929 Les Andelys 8 septembre 2006: le Tribunal a prononcé une peine d'amende de 400 euros et accordé 1 euro de dommages et intérêts au propriétaire, ainsi qu'à la SPA).
  

 

 

  Article R. 655-1 du Code pénal

 

Le fait, sans nécessité, publiquement ou non, de donner volontairement la mort à un animal domestique ou apprivoisé ou tenu en captivité est puni de l'amende prévue pour les contraventions de la 5e classe.

 

La récidive de la contravention prévue au présent article est réprimée conformément à l'article 132-11.

 

Les dispositions du présent article ne sont pas applicables aux courses de taureaux lorsqu'une tradition locale ininterrompue peut être invoquée. Elles ne sont pas non plus applicables aux combats de coqs dans les localités où une tradition ininterrompue peut être établie.

 

 

 

 

 


 
 
posté le lundi 08 juin 2009 à 18:53

des poêmes

je vous invite à lire ces textes qui font si mal,

 ils m'ont fait pleuré,

mais il valent la peine d'être lu,

 afin de vous faire réfléchir combien les animaux souffent lorsqu'ils sont abandonnés.

Merci,

 

 

Au fond du vieux refuge...

 

 

Au fond du vieux refuge
dans une niche en bois
depuis deux ans je purge
d'avoir trop cru en toi.
Tous les jours je t'attends
certains que tu viendras.
Tous les soirs je m'endors
sans que tu sois là.
Que s'est il donc passé
pour que ce fameux jour
heureux que tu étais,
je m'en rappelerai toujours,
tu sifflais, tu chantais
en bouclant tes valises
que tu m'aies attaché
là devant cette église.
Ton absence me pèse
et les jours sont si longs
mon corps s'épuise
et mon coeur se morfond.
Je n'ai plus le goût à rien
et je deviens si laid
que personne jamais
ne voudra m'adopter.
Tu m'as mis à la chaîne
ou tu m'as enfermé
Tu m'as laissé des jours
sans boire et sans manger.
J'ai dormi bien souvent
dans ma niche sans toi
Paralysé, raidi
tellement j'avais froid.
Pourtant si tu reviens
nous partirons ensemble
nous franchirons en choeur
la porte qui ressemble
à celle d'une prison
que je ne veux plus voir
et dans laquelle hélas
j'ai broyé tant de noir.
Voilà, mon rêve se termine
car je vois le gardien
et le vétérinaire au loin.
Ils entrent dans l'enclos
et leurs visages blêmes
en disent long pour nous.
Je sais ce qui les amènent
et je suis heureux tu vois
car dans quelques instants
je vais tout oublier.
Et comme il y a deux ans
je m'endormirai sur toi
mon seul et grand ami
je dormirai toujours grâce à l'euthanasie.
A vous tous les humains
j'adresse une prière
me tuer tout petit
aurait peiné ma mère
mais il aurait mieux valu
pour moi de cette manière
et vous n'auriez pas eu
aujourd'hui à le faire.

 

...(Texte de :Gilbert DUMAS)

 

 

A mon maître,

Quand je naîtrai, tu me choisiras,
Et pour la vie tu me garderas,
Et si parfois dans ta maison je m'oublie
Pardonne-moi je suis encore petit
Tu verras quand je grandirai
Propre, très sage, je deviendrai,
Je ne te demanderai presque rien
Une caresse et un peu de pain,
En échange, je veillerai sur tes biens
Et ne laisserai personne importuner les tiens
Mon amour et ma fidélité grandiront pour toi
Tu seras mon univers, mon avenir et ma joie
Tu seras mon seigneur et mon maître
Ton esclave et ton enfant je veux être
Sans hésiter, je te donnerai ma vie
Mais, s'il te plait, je t'en supplie
Ne m'abandonne pas....

 

 

 


 
 
posté le lundi 08 juin 2009 à 18:18

Levriers Galgos

 

Pouvez-vous imaginer que tout près de chez vous, des refuges sont remplis de dizaines de chiens...d'une seule et même race...

 

Pouvez-vous imaginez que des milliers de ces chiens sont martyrisés, mutilés, affamés, battus, abandonnés, pendus... massacrés...

 

Impensable ?

 

Pourtant ce n'est pas un rêve, c'est une sombre réalité en Europe car de l'autre côté des Pyrénées, c'est le cauchemar qu'endurent les Lévriers Galgos.

 

 

 

 

 

 

Dernier pays Européen à autoriser la chasse avec des Lévriers, l'Espagne ne leur réserve aucune perspective si ce n'est une vie emplie de souffrances et une mort violente. Utilisés comme de vulgaires outils que l'on fait reproduire à outrance, ce sont environ 500.000 Galgos qui chassent d'octobre à février dans toutes les campagnes de la péninsule Ibérique.

 

 

Durant cette période les cas de maltraitance extrême se multiplient, pattes sectionnées, stérilisations sauvages, jetés au fonds de puits pour y mourir, traînés derrière des véhicules, strangulation et asphyxie à l'aide de sacs plastique, empoisonnés par injection d'acide, œil crevé, entailles tout le long de la queue, défaut de soins et de nourriture, puces électroniques retirées à vif au couteau, abattus au fusil, frappés à mort, les membres brisés volontairement par leurs propriétaires pour empêcher que les Lévriers ne le suivent quand ils les abandonnent sur place après une partie de chasse, balancés sur les autoroutes, oubliés hors de vue dans des cabanes, des maisons en ruine, des usines désaffectées  ou des grottes isolées, déposés par dizaines dans des fourrières surpeuplées où ils y sont euthanasiés à la chaîne... L'Espagne est également le seul pays européen dans lequel il est banal de rencontrer un Galgo pendu à un arbre, les pattes arrière frôlant le sol pour prolonger son agonie.

 

 

 

 

La liste des supplices qui leur sont infligés est aussi démesurément grande que l'imagination des tortionnaires qui les appliquent.

 

On peut également souligner les ravages causés par rebond à la faune locale quand la saison de chasse bat son plein car des populations entières de lapins et de lièvres sont décimées en pleine période de reproduction. De fait, elles enregistrent une baisse constante année après année mettant également en péril la survie des prédateurs naturels (renards, oiseaux de proie...) de ces rongeurs.

 

Les associations Espagnoles avancent le chiffre de 50.000 Galgos qui meurent sous ces pratiques chaque année. Seulement 10% d'entre eux peuvent être recueillis, soignés et proposés à l'adoption; le plus souvent en dehors des frontières de leur pays d'origine comme c'est le cas en  France où plusieurs associations relaient les SOS émis en continu par les refuges Espagnols, prennent en charge des rescapés pour leur trouver des familles et dénoncent publiquement le calvaire de ces Lévriers.

 

Afin de mettre un terme définitif à cette situation qui perdure depuis trop longtemps, une seule solution : l'interdiction de la chasse avec les Lévriers en Espagne, comme dans le reste de l'Union Européenne.

 

 

La SPA s'associe à la pétition

 

Un clic peut changer les choses.

Aussi, pour aider la cause des lévriers,

nous vous remercions de

 

signer la pétition

 

 

 

 

 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Hebergement d'image gratuit
Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article